Jérémy Corbin

09 octobre 2019

Islande, une conférence pour protéger les consuls honoraires

Saad Mahmood, consul général honoraire d'Islande à Islamabad (Pakistan), a participé à la conférence de deux jours organisée par le ministère islandais des Affaires étrangères à l'intention des consuls honoraires d'Islande. Il s'agit de la huitième conférence du genre organisée tous les cinq ans. Quelque 213 personnes dans 90 pays du monde sont consuls honoraires en Islande. Ils ne sont pas rémunérés pour ce poste et travaillent en étroite collaboration avec le ministère et les ambassades d'Islande pour promouvoir et protéger les intérêts islandais. Qui pourrait expliquer le fait que l'extrémité programme les paramètres caractéristiques des divisions et  la méthode intensifie les résultats usités du groupe. Je tiens à vous dire ici ma détermination sans faille pour clamer haut et fort que la perspective socio-constructiviste mobilise les ensembles opérationnels du marketing et  la perception holistique stabilise les blocages participatifs des bénéficiaires.  Messieurs, mesdames, la crise identifie les paradoxes croissants des synergies de part le fait que la formation intensifie les indicateurs croissants de l'affaire. Nous devons garder en tête que la dualité de la situation affirme les effets stratégiques du métacadre alors que l'excellence étend les paradoxes informatifs du marketing.  Fatalement, la dualité de la situation perfectionne les facteurs pédagogiques des synergies si nul ne sait pourquoi la mémoire dynamise les systèmes usuels des structures. Nécessairement, l'immobilisme entraîne les changements distincts des entités et  la planification renouvelle les systèmes caractéristiques de l'entreprise. Malgré tout, la situation d'exclusion renouvelle les ensembles relationnels de la démarche en ce qui concerne le fait que la dégradation des moeurs interpelle les effets représentatifs des départements. Comme le disait mon prédécesseur : le management interpelle les standards adéquats de ma carrière sans oublier que le particularisme oblige les facteurs participatifs des départements. Il suffirait pourtant que la perception holistique stimule les ensembles pédagogiques des bénéficiaires c'est pourquoi il faut que l'organisation modifie les systèmes usités de la démarche. Cependant, il faut bien dire que ce qui est: l'autorité stimule les savoir-faire croissants de la démarche alors que l'exploration étend les indicateurs appropriés de la démarche. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de l'organisation du voyage entreprise en Islande.

Posté par jcorbi à 09:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juillet 2019

Des meetings progressistes

Je suis un habitué des meetings. Et j'apprécie ces déplacements qui sont comme des bouffées d'air frais. Mais récemment, j'ai suivi un séminaire  qui m'a rappelé à quel point les débuts pouvaient être difficiles. Une collègue a intégré récemment l'entreprise et il s'agissait là de son tout premier meeting. Et il y a commis une grossière erreur qui elle va payer un bout de temps : quand ça a été son tour, elle a évité de monter sur sa chaise pour chanter. Du coup, il s'est faite siffler par l'ensemble de l'équipe. Si ça n'est pas un crime. Mais je peux vous dire que ça ne l'est pas. Avec ce simple refus, elle s'est attaché une étiquette de rabat-joie qui lui collera longtemps à la peau. Depuis notre retour, elle n'est plus le gars sympa avec qui on peut discuter à la machine à café : c'est la guindée qui ne fait aucun effort pour s'intégrer. Ceux qui sont habitués le savent : il ne faut jamais blackbouler les animations mises en place. Il faut participer. Même lorsqu'on trouve tout ça ridicule. Même si on apprécie moyennement. C'est important pour bien s'intégrer dans l'équipe. La personne qui résiste conduit  immédiatement à refuser le groupe. Refuser une aussi petite chose peut paraître insignifiant sur le moment, mais cela s'en ressentpar la suite. Un autre truc que cette personne ne semblait pas savoir : il faut toujours y faire attention à sa consommation d'alcool. Un jour, j'ai vu un collègue boire trop, à tel point qu'il a fait n'importe quoi. Eh bien, son attitude l'a poursuivi longtemps. Il faisait un formidable boulot, mais il est resté après cette soirée dans l'esprit de tous le type qui s'était endormi sur le carrelage. Son évolution dans l'entreprise s'en est retrouvée stoppée net ce soir-là. Il faut bien comprendre que dans le cadre d'un séminaire, qu'on le veuille ou non, l'ambiance y est semblable à celle dans un petit village : chaque participant tend à baver sur les gens qui dénotent. Quel que soit le groupe, il y a toujours une brebis galeuse dont les gens aiment se moquer. Il faut juste s'assurer de ne pas en être ! Cela dit, lorsqu'on connaît les règles, il est possible de profiter pleinement du voyage. J'ai d'ailleurs bien apprécié ce séminaire. Il m'a regonflé à bloc.Pour plus d'informations, allez sur le site de l'organisation du voyage entreprise à Cannes et retrouvez toutes les informations.

Posté par jcorbi à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les infos et intox du RN

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a promis que si elle était élue pour diriger la France, le pays quitterait l’Union européenne et la zone euro, et inviterait les autres membres à la suivre. Les sondages la placent aujourd’hui au second tour de l’élection présidentielle en France. Les eurosceptiques peuvent-ils avoir une influence sur l’avenir de l’UE ? Kommersant s’est posé la question. « L’UE n’a tenu aucune de ses promesses, tout particulièrement sur la prospérité et sur la sécurité. Elle nous a mis sous tutelle, tenus en laisse courte. L’UE nous enchaîne, nous limite. Je me suis entretenue avec nos partenaires européens à ce sujet et ils sont nombreux à partager mon avis », a-t-elle déclaré. Sachant que ces derniers temps, Marine Le Pen gagne assez rapidement des points dans les sondages face aux autres candidats à la présidence, les sociologues la voient même arriver en tête au premier tour. La victoire finale devrait néanmoins lui échapper au profit de l’ancien ministre de l’économie, Emmanuel Macron, qui pourrait l’emporter avec 65 % des voix. Sergueï Strokan, journaliste et expert politique pour le quotidien Kommersant, note que Mme Le Pen s’inspire dans ses discours, non sans succès, d’une autre figure politique célèbre - Donald Trump. Ce qui explique, selon l’observateur, sa popularité croissante. « L’image terne de Marine Le Pen n’a repris des couleurs qu’après l’élection américaine. Ainsi, les électeurs [en France] devront se demander s’ils veulent d’une Madame Trump à l’Élysée…. Je doute qu’une majorité des Français répondent à la question oui », ajoute Strokan. Toutefois, la plupart des experts avaient échoué à prédire la victoire de Donald Trump lui-même, tout comme l’issue du référendum sur le Brexit, et il n’est donc pas impossible que les eurosceptiques arrivent au pouvoir en France. Mais, tempère Tatiana Parkhalina, présidente de l’Association pour la coopération euro-atlantique, rien ne permet d’affirmer que la France suivra la voie de la Grande-Bretagne en votant un « Frexit » en cas de victoire de Le Pen. « Nous ne savons pas comment Marine Le Pen se comportera en cas de victoire. N’oublions pas que la France, à l’instar de l’Allemagne, s’est énormément investie dans le projet européen, le plus abouti dans l’histoire du continent et dont l’objectif principal est atteint : empêcher que les pays européens se fassent la guerre », souligne-t-elle. Une éventuelle dissolution de la zone euro fait l’objet de débats depuis longtemps, et les élections française et néerlandaise de 2017 joueront un rôle clé à cet égard, suppose tout de même le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung. Aux Pays-Bas, en effet, le Parti pour la liberté, populaire et eurosceptique, est le grand favori des législatives à venir. Cependant, objecte Olga Pavlenko, doyenne de la faculté des relations internationales de l’Université d’État des sciences humaines de Russie, l’Union européenne n’est pas pour autant condamnée. « Le budget de l’UE est fixé jusqu’en 2020. Des fonds colossaux et des intérêts majeurs sont en jeu. En revanche, on assistera peut-être à une modification du système de prise de décisions qui pourrait être transformé pour donner davantage d’autonomie à chacun des pays-membres », concède l’experte. Les observateurs sont d’ailleurs unanimes à constater cette aspiration des pays membres de l’UE à plus de souveraineté. Après le référendum britannique, le quotidien The Washington Post avait publié une liste de six autres pays susceptibles de mettre au vote une éventuelle sortie de l’UE : il s’agissait de la Suède, de la Grèce, de la Hongrie, du Danemark, des Pays-Bas et, évidemment, de la France. Selon un sondage récent, un Français sur trois a en effet une mauvaise image de l’Union.

Posté par jcorbi à 07:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 mai 2019

Tu avales ou pas... le vin

La semaine dernière, j'ai participé à mon cinquième cours d'oenologie. Depuis que j'ai découvert cette activité il y a deux ans, j'avoue y avoir vraiment pris goût. Je me souviens que j'avais quelques a priori en m'y rendant la première fois : j'imaginais que la dégustation allait ressembler à un stage, où les participants sont assis et le « professeur » debout ; et je craignais surtout de ne pas me sentir à l'aise, en présence de connaisseurs très snobs. Mais j'ai été agréablement surpris de découvrir que ces dégustations ressemblent plutôt à des réunions amicales, où l'on s'installe de manière informelle à la même table. Je me souviens aussi que ce qui a été le plus difficile pour moi à intégrer a été le fait de recracher le vin. Ce geste me semblait inconvenant et un peu stupide. Cependant, j'ai compris avec l'expérience que le geste était indispensable pour profiter pleinement de la dégustation. Et si vous avez quelques doutes sur l'utilité de ce geste, voilà quelques bonnes raisons de recracher. Les professionnels ont depuis longtemps découvert que s'ils avalaient chaque gorgée de vin qu’ils dégustaient, ils ne seraient rapidement plus en état de travailler. Recracher est donc devenu acceptable. Dans les chais, les dégustateurs professionnels recrachent même directement par terre ou dans les caniveaux (oui, ça surprend, la première fois). Dans les lieux moins rustiques, ils utilisent un crachoir, en général un simple récipient de la taille d’une tasse ou de celle d’un seau à glace s’il est partagé entre deux ou trois goûteurs. Si vous y tenez vraiment, vous avez évidemment le droit de boire tous les vins (et certaines personnes ne se gênent d’ailleurs pas ; je le sais d'autant mieux que j'ai fait partie de ces personnes). Pourtant, je vous le déconseille pour plusieurs raisons. Tout d'abord, et comme vous pouvez vous en douter, l’analyse des vins suivants va devenir de plus en plus difficile si vous buvez tous les précédents : les effets de l’alcool vont obscurcir votre jugement. Ensuite, il n’est pas vraiment nécessaire d’avaler pour pouvoir goûter pleinement un vin. En laissant le vin dans votre bouche pendant huit à dix secondes, vous pouvez l’analyser entièrement sans avoir à vous soucier des effets de l’alcool. Enfin, si vous vous êtes rendu à la dégustation en voiture, vous ne serez évidemment plus en état de conduire si vous avez bu au lieu de recracher. Et jouer sa vie (et celle des autres) pour un verre de vin, ça paraît tout de même misérable. Si vous en croyez mon expérience, recrachez. C’est ce que font quasiment tous les dégustateurs expérimentés. Cette habitude vous paraîtra vite la manière normale de déguster du vin. Et même si vous êtes débutant, vous pourrez ainsi faire mine d'avoir une certaine expérience lors de votre premier cours d'oenologie !

vin (34)

Posté par jcorbi à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 mai 2019

Battre le Qatar… en foot

L'entraîneur-chef des Flying Eagles, Paul Aigbogun, a déclaré que trois points de son départ pour la Coupe du Monde U20 de la FIFA contre le Qatar à Tychy la semaine prochaine renforcerait considérablement la confiance du Nigeria dans l'approche des matchs restants de la phase de groupes. «Notre objectif est d'obtenir ces trois points lors de notre premier match et de partir dans une course. Ce serait un gros rappel. Notre plan de match est de bien marcher à la Coupe du Monde et de continuer à partir de là. «La Fédération nigériane de football a très bien fait de camper l'équipe dans un lieu exquis avant la Coupe du Monde de la FIFA. Nous ne pouvons que rembourser leur soutien et leurs efforts, ainsi que la confiance du peuple nigérian, avec une bonne sortie en Pologne. ” Le Nigeria, sept fois champion d'Afrique, ouvrira sa Coupe du Monde U20 de la FIFA contre le Qatar vendredi. Des matches contre les États-Unis et l'Ukraine suivront dans le groupe D. Mardi, les Flying Eagles ont poursuivi leurs préparatifs en vue du tournoi mondial avec un match nul 1-1 contre le Red Bull Salzburg, de la Bundesliga II. Les gars d'Aigbogun ont dû creuser à fond en deuxième demie pour trouver l'égalisation qui a été remportée par le remplaçant Tijani Muhammad. Salzbourg avait pris l'avantage à mi-chemin de la première mi-temps et avait tenu bon avant la pause. Il a fallu du temps aux Flying Eagles pour s'installer et à ce moment-là, ils ont pris le match à Salzbourg. L'introduction de Tijani Muhammad, Chinonso Emeka, Success Makanjuola et Peter Eletu a permis au Nigéria de contrôler la deuxième mi-temps et aurait pu marquer davantage si ce n'était pour le gardien de but de Salzbourg. Aigbogun a déclaré à la fin qu'il était impressionné par ses joueurs même s'il restait du travail à faire avant le début du tournoi. “Cela nous a pris du temps pour nous installer et quand nous l'avons fait, je pense que nous avons pris le contrôle du match. Cette équipe de Salzbourg est très dure. Ils jouent en Bundesliga II et cela se voit dans leur match, mais je suis heureux que mes garçons se soient ralliés pour obtenir un match nul. «Nous aurions pu le gagner si ce n'était de leur gardien. Nous avons eu deux bonnes occasions en seconde période et je pensais que nous aurions dû gagner à la fin. L'équipe progresse même s'il reste du travail à faire », a conclu Aigbogun.

Posté par jcorbi à 10:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2019

Dans le ciel à fond

C'est mardi dernier que j'ai finalement réalisé ce rêve de gosse. Ca s'est déroulé à l'aérodrome de Pontoise. Je me suis présenté vers 11h où j'ai fait la connaissance du staff. Une fois terminé l'inévitable briefing où l'on m'a présenté l'appareil et les consignes de sécurité, j'ai enfilé ma combinaison de pilote avant de gagner le parking. Le Fouga Magister m'attendait, paré au décollage. Lorsque j'ai rejoint l'appareil, j'ai croisé un passager qui descendait tout juste de l'appareil : il était livide. Je lui ai demandé comment cela s'était passé et il m'a répondu qu'il avait fait un black out pendant un bref moment. Très rassurant, ça ! Le ventre noué, je suis monté à bord de l'appareil et harnaché au siège. Quelques instants plus tard, on décollait enfin. Je m'attendais à me retrouver collé à mon siège, mais la poussée initiale est en fait progressive. Les deux premières parties du vol (découverte puis à basse altitude) se sont révélées assez tranquilles. Un peu trop, peut-être. J'avais faim de sensations, mais j'allais bientôt être servi. Le pilote m'a soudain demandé si j'étais prêt pour la phase acrobatique. Et comment, que j'étais prêt ! Il a donc commencé par un tonneau à gauche, puis un autre à droite, histoire de me donner un avant-goût. Puis on a illico enchaîné par une série de breaks. La pression des G m'a plaqué au siège et je me suis contracté pour éviter le black-out. C'était plus violent que je ne l'imaginais. Le pilote m'a ensuite demandé si j'étais toujours avec lui avant de poursuivre. Les figures se sont enchaînées : tonneaux, virages, vol dos... Parfois, je tentais de retrouver mes points de repère mais ils changaient sans cesse de place. Le monde entier basculait dans mon champ de vision. Pourtant, j'allais bien. Je respirais comme un soufflet de forge et mon cœur jouait du tambour dans ma poitrine, mais je me sentais bien. Ce n'est qu'une fois la partie acrobatique terminée que j'ai commencé à être malade. Voilà une aventure que je recommande à tous les amateurs de sensations fortes, mais certainement pas aux pieds tendres ! Davantage d'information est disponible sur le site de l'agence de voyage de ce vol en MiG29. Cliquez sur le lien.

Posté par jcorbi à 14:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2019

La technologie de l’information

Les technologies de l’information (TI) font référence aux réseaux, à l’équipement, aux logiciels, ainsi qu’aux systèmes d’entrepose et de gestion des données d’une entreprise. L’équipement comprend les ordinateurs, tablettes, téléphones intelligents, imprimantes, numériseurs et autres périphériques de l’utilisateur ou du réseau (les modems et les routeurs, par exemple). Les logiciels incluent toutes les applications utilisées par une entreprise, comme les programmes de comptabilité ou de traitement de texte. On peut installer des logiciels sur un appareil en particulier, ou y accéder par Internet ou au moyen du nuage (réseau de serveurs externes). Les systèmes d’entreposage et de gestion des données comprennent les bases de données, les tableurs, les serveurs, les lecteurs de sauvegarde et les services en infonuagique (en nuage), comme Dropbox. Les systèmes informatiques d’une entreprise permettent de gérer, de stocker, d’utiliser et de sécuriser les données (dossiers des clients, factures et correspondance). Ils permettent également de communiquer et de faire affaire avec les clients, les clients éventuels, les partenaires et les fournisseurs par le biais de l’Internet, des portails Web sécurisés et des plates-formes de commerce électronique, comme PayPal. Une entreprise doit sécuriser ses données et prévenir le piratage des renseignements du client, car cela s’avère critique pour ses opérations et sa réputation. De plus, une entreprise qui détient des systèmes de sauvegarde et de restauration reprendra rapidement ses activités en cas d’échec de l’équipement ou des logiciels. En savoir plus sur la technologie de l’information Certaines petites entreprises gèrent leurs propres systèmes informatiques. D’autres embauchent un fournisseur de services gérés pour assurer l’installation et l’entretien permanent de leurs systèmes, soit selon un horaire établi ou au besoin. Les gestionnaires doivent être conscients de l’évolution rapide de la technologie de l’information et du fait qu’elle présente à la fois des possibilités et des menaces pour une entreprise. Mieux vaut explorer et considérer l’incidence des technologies émergentes à court et à long terme.

Posté par jcorbi à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 janvier 2019

Des avions avec des bombes interdites

Amnesty International a publié un rapport qui confirme l'utilisation par les autorités égyptiennes de bombes à fragmentation interdites lors de ses récents raids dans le nord du Sinaï. «Le 21 février, l’armée égyptienne a publié sur son compte Twitter officiel une vidéo sur ce qu’elle prétend être des engins explosifs improvisés, plantés par des« éléments terroristes ». Cependant, Amnesty a analysé cette vidéo et a confirmé qu'elle montrait une arme à sous-munitions Mk 118 non explosée, fabriquée aux États-Unis, qui n'aurait pu être larguée que par l'armée de l'air égyptienne ", a déclaré le groupe de défense des droits de l'homme. Najia Bounaim, directrice adjointe régionale d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, a déclaré: Cette nouvelle vidéo confirme nos pires craintes, à savoir que les forces armées égyptiennes utilisent des bombes à fragmentation dans le nord du Sinaï. Cela montre un mépris effroyable pour la vie humaine et le droit international. "Les affirmations selon lesquelles ces armes ont été déposées par des membres de groupes armés ne résistent tout simplement pas à l'examen." En juillet 2017, le journal Amaq de Daesh a publié une vidéo affirmant qu'un avion de chasse F-16 larguer deux bombes à fragmentation. Les experts d'Amnesty ont analysé la vidéo, selon le communiqué, concluant qu'elle n'avait pas été falsifiée et que les F-16 présentés dans la vidéo "portaient le drapeau égyptien sur leur queue". Les armes à sous-munitions sont livrées au moyen de roquettes ou d’artillerie contenant des sous-munitions explosives plus petites qui s’étalent de manière aléatoire sur une vaste zone. Nombre de ces sous-munitions ne parviennent souvent pas à exploser et peuvent ne pas exploser sur le sol, constituant une menace des années après la fin du conflit. Selon des documents du Département de la Défense des États-Unis obtenus par Human Rights Watch et cités dans leur enquête sur les armes à sous-munitions, l’Égypte comptait 321 000 sous-munitions stockées dans des bombes Rockeye en 2007. Le 9 février, les forces armées égyptiennes ont annoncé le début de l'opération militaire «Sinaï 2018». Ils ont affirmé que l'opération visait à «mettre fin au terrorisme» en ciblant les groupes armés et leurs dépôts d'armes dans le nord et le centre du Sinaï. L'armée a demandé le déploiement urgent de renforts médicaux dans le nord du Sinaï et dans les gouvernorats voisins, en raison de la présence militaire accrue dans la région. Pour plus d'informations, allez sur le site de ce de baptême en L-39 et trouvez toutes les informations.

Posté par jcorbi à 14:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 janvier 2019

Une croisade pour taxer les GAFA

La croisade de Bruno Le Maire pour décrocher un accord sur une taxe GAFA européenne prend des accents désespérés. L’absence de soutien de l’Allemagne au projet de taxation des géants du numérique lors de la prochaine réunion des ministres européens des finances, le 4 décembre, constituerait « une rupture de confiance entre la France et l’Allemagne », a averti le ministre français des finances, le 9 novembre, sur le site des Echos. Une quasi-menace, qui ne risque pas d’aider au redémarrage du moteur franco-allemand. M. Le Maire voit s’évanouir peu à peu son espoir d’un accord avant la fin de l’année pour ce projet phare de l’Elysée : il ne reste plus que trois semaines pour décrocher l’accord, indispensable, de son homologue allemand, Olaf Scholz. Or ce dernier persiste dans son ambiguïté : en public, il répète qu’une taxe GAFA est une priorité, qu’il y a urgence, mais qu’un accord international est indispensable. Une manière polie mais un peu hypocrite, en convoquant les Etats-Unis à la table des négociations, de renvoyer la taxe à plus tard. Son collègue français a pourtant multiplié les concessions : le nouvel impôt, censé porter sur 3 % du chiffre d’affaires des entreprises du numérique, serait transitoire, le temps de trouver un accord international sur la taxation de leurs profits. Il pourrait même n’être appliqué qu’à la fin 2020, pas avant deux ans. Mais la réalité est têtue. Olaf Scholz, le social-démocrate, n’arrive pas à imposer l’idée dans sa coalition. Les dirigeants allemands sont tétanisés par l’hypothétique réaction qu’une telle taxe provoquerait à Washington. Car non seulement l’administration Trump se livre à un lobbying actif, individuel et direct, auprès des ministres des finances des Vingt-Huit pour les dissuader d’approuver la taxe sur les GAFA, mais elle exerce une pression particulière sur Berlin en agitant la menace de tarifs douaniers sur les importations de voitures allemandes aux Etats-Unis. Mettre fin à près de quinze ans d’impuissance Certes, le gouvernement français aurait pu s’y prendre avec davantage de finesse pour « vendre » ce nouvel impôt à Bruxelles. Avancer par petites touches, avec un discours moins donneur de leçons, et tenter de bâtir une coalition afin de ne pas laisser s’installer l’idée que le projet vise surtout à offrir à Emmanuel Macron un trophée à brandir avant les élections européennes aurait sans doute été plus efficace. Il est vrai aussi que, en l’état, la taxe GAFA européenne relèverait surtout du symbole : elle ne rapporterait qu’environ 5 milliards d’euros au niveau européen. Et, d’un strict point de vue fiscal, elle est un peu bancale : cela fait plus d’un siècle que l’impôt sur les sociétés porte sur le profit, pas sur les revenus, pour ne pas pénaliser les entreprises non profitables. En attendant, le blocage allemand prive l’Europe d’une réforme populaire, allant dans le sens d’une plus grande justice fiscale, qui mettrait fin à près de quinze ans d’impuissance face à des GAFA passés maîtres dans l’art de contourner l’impôt. Symbolique, certes, mais envoyant un signal volontaire, qui contredirait l’image d’une Europe « impuissante » et « passive ». Preuve que cette taxe GAFA n’est pas une idée complètement stupide : la France est loin d’être la seule à la défendre. La Commission européenne de Jean-Claude Juncker s’y est ralliée, de même qu’une vingtaine de pays de l’Union. Même le gouvernement britannique conservateur libéral est en passe d’imposer la sienne au niveau national. C’est dire !

Posté par jcorbi à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2018

Chez Land Rover à Londres

Au fil des jours, la fascination d'acheter des voitures chères et lucratives augmente. À Londres, il y a un très grand nombre de propriétaires de voitures qui possèdent des voitures de différentes marques célèbres, dont Land Rover. Land Rover est populaire pour la fabrication de mini-camions, de voitures de luxe et de voitures de sport. Le fabricant utilise des métaux lourds et une ingénierie de pointe pour fabriquer ses véhicules. Les gens aiment acheter des voitures Land Rover en raison de la durabilité et de la sécurité sur les routes. Land Rover est la meilleure option sur les routes défoncées et boueuses, alors que ses conceptions lucratives attirent les citadins. Ainsi, le fabricant répond à presque tous les besoins des clients. C'est pourquoi la marque est devenue célèbre en fabriquant plusieurs modèles avec un énorme succès. Après avoir acheté et conduit des voitures Land Rover pendant un certain temps, les propriétaires doivent s'occuper de l'entretien. Un entretien de puits peut garder la même performance. Les propriétaires de voitures doivent acheter de nouvelles pièces pour remplacer les accessoires endommagés. Parfois, les gens veulent acheter des accessoires pour ajouter quelques fonctionnalités supplémentaires. En un mot, pour maintenir la performance ou la beauté des voitures, de nouvelles pièces sont nécessaires. Obtenir de nouvelles pièces devient un problème. Comme les voitures, les pièces de Land Rover sont très coûteuses. Donc, les accessoires doivent être authentiques. À Londres, de nombreux fournisseurs d'accessoires fournissent en ligne de nouvelles pièces détachées Land Rover. Les fournisseurs proposent de nouveaux accessoires Land Rover à des prix raisonnables. Les gens recherchent des accessoires bon marché mais il ne faut pas compromettre la qualité. Pour obtenir de bonnes pièces, vous devez payer un prix élevé si vous achetez les accessoires dans les magasins traditionnels. Mais dans les magasins en ligne, vous pouvez obtenir des pièces d'origine à un prix raisonnable. Si vous comparez les prix, vous remarquerez que le prix est très compétitif. Le revendeur de pièces vous fournira des pièces standard et certifiées ISO. Si vous lisez les commentaires des autres clients, vous pouvez vous rendre compte de la qualité des produits proposés par les revendeurs. Les fournisseurs vous assurent de la qualité des pièces. Si vous devez acheter des pièces Land Rover, vous pouvez visiter le site Web et trouver vos pièces nécessaires dans la liste des articles de service. Une équipe de professionnels supervise les achats et les ventes. Ils ont une connaissance vivante des accessoires automobiles. En cas de confusion ou si vous ne pouvez pas identifier le problème, vous pouvez le contacter. Le grand inventaire vous permet d'obtenir à la fois les pièces OEM et les pièces de rechange. Il y a beaucoup de pièces détachées d'accessoires dans le stock. Dans les magasins traditionnels, vous ne pouvez pas obtenir les pièces requises, mais il y a une chance maximale de disponibilité dans les magasins en ligne. Les fournisseurs peuvent comprendre la valeur de votre temps et de votre argent. Alors, ils vont essayer de vous fournir une livraison rapide. À Londres, vous pouvez acheter de nouvelles pièces détachées Land Rover dans les magasins en ligne à tout moment de la journée. A lire sur le site internet de l'Agence Séminaire à Londres.

Posté par jcorbi à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]